Ilôt Pasteur : Modification n° 7 du Plan Local d’Urbanisme (PLU)

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

L’enquête publique relative à la modification n° 7 du PLU a été cloturée, le 8 novembre à 17 h. Elle était mise en oeuvre dans le cadre de l’aménagement de l’îlot Pasteur.

Nous avons rencontré le commissaire enquêteur et lui avons remis les remarques suivantes :

” Sucé-sur-Erdre, le 8 novembre 2018

Suite à l’enquête publique en cours, relative  à la modification n° 7 du PLU de Sucé-sur-Erdre, les élus du groupe « Vivre Ensemble à Sucé-sur-Erdre » souhaitent faire part des observations suivantes :

Historique

Les élus du groupe  « Vivre Ensemble à Sucé-sur-Erdre » apprécient que le projet urbain de l’îlot Pasteur parvienne enfin à sa phase d’élaboration.

La municipalité actuelle bénéficie du  résultat de longues négociations engagées  depuis une quinzaine d’années, mandat après mandat, par chacune des municipalités.

Démocratie participative

Les ateliers mis en œuvre ont permis aux Sucéens et Sucéennes de s’exprimer et de faire part de leurs souhaits sur ce secteur. Une réunion publique a montré qu’ils étaient fortement en attente d’une réhabilitation de cet îlot.

En revanche, la démarche de démocratie participative de l’équipe majoritaire n’est pas allée au-delà et les contributions citoyennes ont-elles réellement été prises en compte ?

Choix politique du projet

L’îlot  Pasteur est le reflet de l’histoire locale de Sucé-sur-Erdre,  il révèle une ambiance de village rural et fluvial à travers les éléments architecturaux, certes simples mais caractéristiques de notre commune.

A l’instar du projet présenté, il est à craindre que les Sucéens  et Sucéennes ne voient disparaitre cette histoire de notre commune. Ils ne sont pas à l’abri d’assister à un grignotage des patrimoines architecturaux (rue de l’Erdre, Place Charles De Gaulle (derrière le restaurant l’Ecume des jours)…) qui disparaitront au fur et à mesure des  projets immobiliers.

La présente modification du PLU, à travers son règlement en est un exemple. En effet, on constate p48 (modification n°  4-3) que la planche 2 est modifiée et retire le repérage  de  « bâti intéressant » et de bâtis « d’intérêt secondaire » soit 4 bâtiments identifiés par l’étude patrimoniale pour leur intérêt architectural qui seront voués à la démolition.  Dans l’avenir, rien n’empêche qu’une telle identification du bâti ne soit une nouvelle fois bafouée sur d’autres secteurs emblématiques.

Le choix politique de la municipalité s’étant orienté  sur la démolition/reconstruction /densification urbaine de cet îlot, les élus du groupe « Vivre Ensemble à Sucé-sur-Erdre »  apporteront les remarques suivantes :

Remarques sur le document « Dossier enquête publique n°7 »

Article Uz1-2 p 29

Nous regrettons que le secteur 10 (îlot Pasteur) soit exempté de l’obligation de construction de logements sociaux (locatif social et accession sociale). 14 logements sur 40 prévus ? Nous avons entendu la forte attente des Sucéens et Sucéennes et notamment les seniors pour habiter en cœur de ville. Nous sommes surpris que cette opportunité ne puisse pas être accessible à chacun d’eux, quels que soient leurs revenus, et ce d’autant plus qu’aujourd’hui, les Sucéens  et Sucéennes qui seraient éligibles à cette accessibilité au logement social ne disposent d’aucune perspective à court terme, sur un autre secteur en cœur de ville. L’équilibre financier de l’opération est-il le seul prétexte ? Pour garantir cet équilibre financier, il serait nécessaire que la municipalité contribue à son financement, elle en a les capacités, mais tout dépend des choix sur lesquels portent les investissements communaux de l’équipe majoritaire !

4.2 Modification, adaptation de l’OAP : îlot Pasteur  

P44 « Espaces publics : « un lieu d’agrément paysagé type square sera aménagé au centre de l’opération » :

Cette terminologie laisse libre court à une minéralisation certaine de l’espace public, avec des aménagements sans âme, très urbains. Elle va à l’encontre des désirs exprimés  dans les ateliers. Besoin de biodiversité en centre ville, d’espaces de rencontre intergénérationnels conviviaux ont été régulièrement demandés,  ont-ils vraiment été entendus ? Les esquisses affichées en même temps que l’enquête publique sont le témoin d’espaces agrémentés de quelques pastilles vertes, heureusement que le parc de la propriété Chevreuil (hors du périmètre du projet) a été judicieusement associé pour reverdir l’esquisse proposée.

La rédaction de l’OAP mériterait d’être plus précise dans sa prescription paysagère, par exemple : affichage d’un pourcentage du végétal, proposition de dispositifs pour favoriser la biodiversité, prescription d’espèces locales,  créations d’espaces verts partagés…. Le document «  co-réflexion sur le « cœur de bourg », atelier collaboratif du 7 juin 2016, était d’une grande richesse sur ce sujet, ce qui ne transparait absolument pas dans le projet présenté.

« Stationnements » 

S’il est judicieux d’avoir fait le choix de stationnements en parking souterrain, nous nous interrogeons sur l’accès de ce dernier et plus particulièrement le jour du marché. Si l’organisation n’est pas traitée avec beaucoup d’attention, la circulation des voitures viendra fortement perturber le statut piétonnier des cheminements de l’îlot pasteur. Le déplacement piétonnier en toute sécurité, principalement pour les enfants et les seniors a régulièrement été réclamé dans  les ateliers.

P45 OAP graphique

Nous exprimons notre inquiétude  sur le devenir de la rue Pasteur, ruelle emblématique de Sucé-sur-Erdre, la création de la large avenue qui part de la place Aristide Briand jusqu’à la Place Charles De Gaulle risque de mettre au ban cette rue et la masquer. Le choix de démolir le bâti côté Ilot Pasteur va modifier complètement la configuration de cet espace. Ce ne sont pas les quelques pierres récupérées de la démolition du bâti qui viendront apporter une quelconque  qualité architecturale, les volumes imposant seront bien présents !

En conclusion :

Mobilité douce, diversité de l’habitat, biodiversité ont été les fils conducteurs des ateliers, sans oublier la préservation du patrimoine architectural du bâti et maintien de l’équilibre entre ruralité et urbanité.

Même si les Sucéens et Sucéennes sont en attente de logements en cœur bourg, se contenteront-ils d’une traduction de leurs souhaits pour Sucé-sur-Erde se résumant à une « préservation des séquences urbaines et une harmonisation avec le bâti environnant »

N’est-ce pas une page du passé qui sera définitivement tournée, au moment où sont mis à nus des vestiges funéraires, qui dateraient du moyen âge (datation  en attente de confirmation).

Pour aller plus loin : 

[su_document url=”http://ensembleasucesurerdre.fr/wp-content/uploads/2018/11/DOSSIER-ENQUETE-PUBLIQUE-SUCE-SUR-ERDRE.pdf”]