Fil de l’Erdre juillet-août 2019 : Ecoute et Proximité : en parler c’est bien, les mettre en oeuvre c’est mieux.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

ECOUTE ET PROXIMITE : EN PARLER C’EST BIEN, LES METTRE EN OEUVRE C’EST MIEUX

PROXIMITE est un terme très utilisé par M. le Maire au fil de ses prises de paroles, des bulletins municipaux, des articles de la presse locale…

Ses actes sont-ils à la hauteur de son discours ? alors que ne sont pas pris en compte :

  • les besoins d’une plus grande amplitude horaire des services de la Mairie. Depuis 2014, 3 demi-journées d’accueil du public par semaine ont été supprimées.
  • les attentes légitimes des seniors en terme de logements et de services adaptés.
  • la nécessité de mettre en œuvre dans les hameaux des aménagements qualitatifs que les habitants attendent à juste titre.
  • les souhaits exprimés par les personnes à mobilité réduite et par les parents avec des poussettes. Par exemple, les porteurs du projet du centre ville (îlot Pasteur) ont fait le choix, pour franchir le dénivelé important, d’un aménagement non adapté et non conforme et proposent avec aplomb de faire un détour pour surmonter cette difficulté.
  • le devoir de la collectivité d’assurer la sécurité des déplacements en vélo. Les aménagements mis en œuvre mettent en danger les cyclistes et le réel besoin des usagers sur l’ensemble de la commune est ignoré.
  • le manque de logements en centre ville pour les sucéens-nes quels que soient leurs revenus.
  • l’inquiétude générée par les nouvelles orientations communales du Plan Local d’Urbanisme. Une réelle démarche de concertation et d’information de proximité était indispensable.
  • l’agacement des associations qui mériteraient d’être mieux entendues.

Faire le choix de déléguer des missions de  l’élu-e municipal-e aux associations ou à des prestataires privés ou  bien investir pour des projets qui ne bénéficient pas directement aux habitants induit une rupture du lien de proximité, plus particulièrement en ces moments contraints sur le plan budgétaire. Quel dommage surtout en cette période où les citoyens réclament cette écoute et cette proximité.